Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Jusqu'au 31 mai, -5% dès 100€ d'achat, -10% dès 200€ et -15% dès 300€ avec le code LYOMAI

Comment organiser son sac à dos pour une Grande Randonnée ?

Arpenter un sentier de grande randonnée type GR®20 pendant plusieurs jours en autonomie implique d’emporter avec vous tout l’équipement dont vous aurez besoin. Cela comprend un abri, un système de couchage, votre eau et votre nourriture au minimum. En complément, il sera utile de prévoir des vêtements, un réchauds et une popote, un kit hygiène, une trousse de secours adaptée et plus encore...

Transporter tout ce matériel va nécessiter d’optimiser le rangement et l’organisation de votre sac à dos de façon à ne pas risquer de vous faire mal au dos au fur et à mesure de vos pérégrinations. Il s’agit de rendre le portage le plus confortable et adapté possible à votre morphologie et à votre niveau de pratique afin de ne pas vous dégouter à tout jamais de la randonnée et surtout à ne pas risquer de vous blesser de façon durable. Pour cela, voici quelques conseils pour organiser votre sac à dos.

Répartition du poids et bon sens

Un sac à dos adapté à la grande randonnée aura une contenance supérieure à un sac à dos utilisé à la journée ou sur un week-end. Il est donc recommandé d'opter pour un modèle qui comporte, en plus des sangles dorsales, une ceinture ventrale. Cette dernière sert à répartir le poids entre vos épaules et vos hanches. L’idée sera d’organiser le poids à l’intérieur du sac afin d’exploiter au mieux les sangles de portage. Pour cela, la règle est simple : ce qui est lourd ne doit se trouver ni en bas, ni en haut du sac, mais au plus proche du dos. Cela permet de ne pas vous tirer vers le bas, ni vers l’arrière et ainsi minimiser l’impact du portage sur votre équilibre. C'est capital pour votre confort sur les chemins de randonnées classiques et encore plus en montagne où les dénivelés positifs et négatifs seront votre quotidien. Par ailleurs, ça limite le risque de douleur dorsale. On veillera également à ne pas placer d’objets durs ou avec des bords saillants directement contre le dos pour des raisons évidentes.

Un exemple de rangement optimal

Commencez par placer votre sac de couchage horizontalement au fond du sac à dos, dans un sac de compression, ou sans, si vous cherchez à limiter le poids au maximum. Ensuite, placez votre matelas et votre oreiller. Ce dernier peut paraitre futile, mais c’est pourtant un élément de confort indispensable pour moi. A eux seuls, ces éléments arriveront au moins au niveau de la sangle abdominale.

Si vous utilisez une poche à eau type Camelbak, Hydrapak ou autre, c’est le moment de la placer, remplie, contre votre dos. Très souvent, les sacs à dos disposent d'un compartiment prévu à  cet effet. Ce n'est pas toujours le cas. L'eau représentant un poids non négligeable, la placer contre votre dos agira comme un coussin. Personnellement, j’utilise un réservoir Watercell 4L de Sea and Summit. Ca n’est pas une poche à eau avec tube, mais simplement un réservoir. En plus d’être un contenant solide, il peut servir de douche et de robinet pour se laver, notamment les mains avant de cuisiner. Cette double fonctionnalité est intéressante.

Placez ensuite votre nourriture. En général, je range mes lyophilisés dans un sac de rangement, le plus compact et le plus léger possible. Ensuite, je range mon réchaud avec popote intégrée contenant ma cartouche de gaz. Si je veux juste faire bouillir de l’eau, j’utilise un Jetboil Flash. Si je veux cuisiner, j’emporte le Jetboil Minimo (et même une poêle ultralégère parfois !).

Une fois le kit cuisiné rangé, je vais, soit placer ma tente de randonnée sans les piquets et arceaux, que je préfère dans les poches latérales, soit mon ensemble tarp/hamac. Je vais également placer une partie de mes vêtements de rechange pour caler le tout et éviter que cela ne bouge pendant la marche. Je veille à ce que les accessoires ne s’entrechoquent pas. Ce n'est pas agréable d'entendre un bruit de casserole à chaque pas.

Comment utiliser l'espace restant ?

Je place ensuite, toujours calé par mes vêtements, une trousse de premiers secours pour gérer les petits bobos, un kit hygiène et éventuellement un kit de matériel électronique (batterie de recharge, câblage, appareil photo/vidéo…). Je peux également avoir un stuff sack pour les vêtements de rechange pour le soir (en bon Breton, je me méfie de la pluie). Enfin, accessible tout en haut du sac, se trouve ma veste étanche. Une fois tout ce matériel en place, je serre les sangles de compression du sac pour gagner en compacité, et le tour est joué.

Quid des poches extérieures, supérieure et latérales ?

Ici, le mot clé est accessibilité ! En général, dans les poches latérales, je place un filtre à eau. J’alterne entre plusieurs modèles de différentes marques : Katadyn BeFree, Grayl UltraPress et depuis peu la Öko 1L. Comme énoncé plus haut, ces poches servent également à ranger les arceaux de tente et éventuellement une chaise de bivouac. Dans la poche supérieure, je vais placer un snack ou deux, des lunettes de soleil, une casquette ou un chapeau, une lampe frontale, une spork ma boussole et une carte IGN. Bref, tout mon petit matériel. Si la sangle abdominale possède également des poches, je vais y placer mon téléphone et mon trousseau de clés.

En conclusion

Afin d’éviter d’être trop bruyant, je vous déconseille d’ajouter des mousquetons pour y accrocher du matériel qui va taper en permanence contre le sac. La seule chose que je pends à mon sac sont mes bâtons de marche. Bien sûr, tout cela reste subjectif, basé sur mes expérience et mes préférences personnelles. Je vous invite ) tester l’organisation qui vous convient le mieux et affiner vos choix grâce à vos expériences. N’hésitez pas, d’ailleurs, à écrire une checklist de votre matériel. A la fin de votre randonnée, cochez ce qui vous aura servi ou non afin de vous alléger pour vos futures sorties.

Yves JEAN