Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Guide : comment choisir son filtre à eau ?

Mis à jour en septembre 2021

Temps de lecture : 13 minutes - Version courte ici (3 minutes)

 

S’hydrater dans une rivière en montagne ou encore boire directement au robinet dans un pays étrager : deux pratiques qui ne sont clairement pas recommandées. Les batteries et autres protozoaires présents dans ces eaux peuvent vous rendre malade. Mais il faut bien de l’eau potable pour s’hydrater, cuisiner ainsi que se laver (notamment les dents !). Il en va de notre survie.

En randonnée ou en voyage, l’accès à cette eau potable n’est pas toujours facile. Heureusement, il existe des systèmes de filtration nomades qui permettent de remédier à ce problème. Katadyn, Sawyer, MSR, LifeStraw… Les marques sont nombreuses et chacune d’entre elles possède plusieurs filtres à eau dans sa gamme. Il peut être difficile pour un novice (et même pour une personne plus confirmée) de s’y retrouver.

Dans ce guide d’achat, nous verrons qu’il n'y a pas une solution unique et absolue mais une réponse à chaque besoin. Un randonneur n’acquiert pas le même filtre qu’une personne partant en road-trip en van, par exemple. A la suite de ce dossier, vous aurez toutes les informations nécessaires pour choisir le filtre à eau idéal pour votre type d’activité.

Sommaire

1. Pouquoi avoir un filtre à eau ?

2. Les caractéristiques du filtre à eau

3. Les différents types de filtre à eau

4. Bien choisir son filtre à eau en fonction de son activité

Pourquoi avoir un filtre à eau ?

Avant de vous aider dans votre choix, tentons de convaincre les derniers réticents à l’acquisition d’un filtre à eau. Si vous êtes déjà convaincu, vous pouvez vous rendre à la section suivante.

Lors d'une activité outdoor dynamique (randonnée, alpinisme...), il est recommandé de boire au moins une à deux gorgées toutes les 10 minutes. Cela permet d'éviter la déshydratation. Or, sur une journée, cela représente une grosse quantité d'eau. Le filtre à eau a donc pour objectif de réduire le poids du sac à dos puisque vous pouvez remplir votre gourde au fur et à mesure sur votre chemin, lorsque vous croisez un point d'eau.

Cela nécessite de bien planifier son itinéraire et repérer, à l'avance, les différents points d'eau que vous allez croiser. Il peut s'agir d'un ruisseau, d'une rivière, d'une source, d'une fontaine ou même d'une flaque d'eau. En effet, certains filtres à eau peuvent filtrer des eaux turbides, à condition qu'il ne s'agisse pas d'eau stagnante. La flaque d'eau doit être récente. Le filtre à eau vous apporte donc du confort. Relativement compact et léger (selon le modèle choisi), il permet de s'affranchir de la question de la quantité d'eau à envoyer pendant votre activité outdoor.

Pour une activité dite stationnaire (bivouac, camp de base, humanitaire...), le principe reste le même. Prévoir l'eau nécessaire sur plusieurs jours ou pour plusieurs personnes est souvent synonyme de casse-tête. Avoir un filtre à eau améliore vos conditions de vie. La question de l'eau n'est plus un problème puisqu'il vous suffit simplement de recharger votre réserve dans le point d'eau le plus proche.

Vous l’aurez compris, chaque filtre est conçu pour répondre à un besoin en particulier. S’ils ont tous la même finalité, à savoir rendre une eau potable, leur ergonomie est différente. Chaque modèle dispose de ses propres avantages et inconvénients.



Les caractéristiques du filtre à eau

Maintenant que vous êtes convaincus qu’avoir un filtre à eau est nécessaire pour toute activité outdoor, voyons quelles sont ses caractéristiques.

La technologie

Très souvent mal comprise (ou mal expliquée), elle est pourtant simple à déchiffrer. Chaque filtre dispose d’une technologie, c’est-à-dire un élément qui va filtrer l’eau. Voici les différentes technologies dont peuvent être équipés les filtres à eau :

  • Membrane : partie microperforée du filtre qui laisse passer l'eau mise sous pression. Certaines membranes à fibre comme celle du Sawyer sont autonettoyantes et ont une durée de vie extrêmement longue. Suivant les modèles, la filtration élimine la plupart des impuretés (jusqu'à 99,999%)
  • Fibres de verre : mis à part les virus, ce système permet de capturer la plupart des impuretés y compris les produits chimiques. Le pompage est plus aisé sur ce type de technologie mais il est impossible de les nettoyer. La durée de vie des filtres à fibre de verre est moins élevée que celle des filtres à membrane. Katadyn utilise cette technologie.
  • Fibres creuses : quasiment équivalentes aux fibres de verre, les fibres creuses ne retiennent pas les produits chimiques et n'améliorent pas le goût de l'eau. Mais elles ont l'avantage d'être compactes et légères. Idéal pour ceux qui recherchent un filtre ultra léger.
  • Charbon actif : c'est une technologie très basique qui n'est efficace que pour filtrer les produits chimiques et améliorer le goût de l'eau. Un filtre à charbon actif n'est pas adapté pour la filtration des protozoaires, bactérie et virus.
  • Céramique : même s'il est inefficace sur les virus, le filtre à céramique est un des plus performant sur le marché. Il est adapté à tous types d'eau, y compris les eaux très turbides. Il est aussi facile à nettoyer. Son seul problème c'est la fragilité. Si le filtre chute, la cartouche céramique peut se briser. Il ne sera alors plus possible de l'utiliser.

Il existe aussi des systèmes de traitements UV (tels que les purificateurs d'eau Steripen), à échange d'ion et bien sur les traitements chimiques (qui sont d'ailleurs quasiment les seuls sur le marché à être efficaces contre les virus).

A savoir : de nombreux systèmes sont équipés d’une de ces technologies et de charbon actif. Cela a pour principal but de potabiliser une eau tout en enlevant le mauvais goût.

La performance en micron

Les technologies présentées ci-dessus permettent de filtrer des agents pathogènes de différentes tailles. Plus un filtre est performant, plus la taille en micron (µm) des agents filtrés est petite. Retrouvez quelques exemples de filtres connus sur le marché :

  • Le Sawyer Mini propose une technologie de fibres à 0,1 µm. Il s’agit d’un des filtres les plus efficaces. Il est équipé d'un filtre à membrane.
  • Le MSR Guardian : il peut stopper les virus en proposant une filtration à 0,02 µm. Le Guardian fait partie des filtres les plus complets du marché.
  • Les pailles filtrantes Lifestraw et les filtres Katadyn (fibres creuses) sont autour à 0,2 µm. C’est aussi le cas du MSR TrailShot.
  • L'Aquamira Frontier Pro propose un filtre à 2µm et s'avère être beaucoup moins efficace.

Pour information, voici la taille des agents pathogènes :

  • de 1µ à 15µ : Dysenterie amibienne, giardia, lamblias, cryptosporidium, …
  • de 0,2µ à 5µ : E-coli, salmonelles, choléra, …
  • de 0,02µ à 0,2µ : Hépatite A, virus Norwalk, rotavirus, poliovirus, …

En fonction de votre activité, la performance en micron est importante ou non. Ainsi, si vous randonnez en Europe ou encore Amérique du Nord, les filtres autour de 0,2 µm sont suffisants. En revanche, pour un voyage dans un pays en voie de développement, il vaut mieux choisir un filtre à eau avec de fortes performances en micron afin d’éviter tout risque de contamination.

Le débit de filtration

En moyenne, un système de filtration nomade a un débit compris entre 1 et 2,5 litres par minute. Autrement dit, cela vous demande peu de temps pour remplir une gourde. C’est ce qui est recherché en randonnée ou lors d’une course en autosuffisance. Gain de temps et efficacité !

Les filtres pour une activité stationnaire (bushcraft, bivouac…) ont généralement un débit plus faible. C’est notamment les filtres par gravité. Mais ils ont d’autres avantages. La plupart ne demande aucun effort, l’eau s’écoulant toute seule. Soyez donc vigilant à ce critère au moment de choisir votre filtre à eau et optez pour un débit adapté à votre activité : fort si vous êtes pressé ou sans débit précis si vous n’avez aucune urgence.

L’autonomie

Concernant l'autonomie des filtres, c'est très variable. Certains permettent de potabiliser 100 litres d'eau quand les plus autonomes filtrent plusieurs centaines de milliers de litres. Pour les filtres les moins autonomes, il faut savoir que pour la grande majorité, il est possible d’acheter des cartouches de remplacement. Le filtre à eau n’est donc pas à jeter.
Dans tous les cas, un filtre à eau doit s’entretenir. Sinon, son autonomie baisse considérablement à cause des bactéries, protozoaires et autres agents pathogènes qui vont venir encrasser l’élément filtrant.

Par ailleurs, certains produits ne s’utilisent pas dans des eaux boueuses ou turbides. Ne pas écouter les recommandations d’un fabricant peut avoir pour conséquence de boucher le filtre et de le rendre inefficace. L’autonomie est donc importante lorsque vous choisissez votre filtre, mais veillez à bien respecter les conditions d’utilisation et d’entretien si vous voulez atteindre les valeurs indiquées.

A titre d’exemple, il est fréquent que certains s'étonnent que leur TrailShot ne filtre plus l’eau, malgré une autonomie de 2 000 litres. En effet, en l’utilisant dans une eau boueuse et sans le nettoyer, celui-ci s’est bouché à cause des fibres creuses qui se sont cristallisées.

Le rapport poids-encombrement

Enfin, le poids et les dimensions sont des critères à prendre en compte pour toute activité nomade, du bushcraft au trekking en passant par les road-trips en van. Au même titre qu’une tente ou qu’un réchaud, plus votre modèle est compact et léger, plus cela est confortable. Il se transporte et se range facilement.

En revanche, certains filtres ultra légers ne sont pas adaptés pour des groupes ou pour un besoin d’eau élevé. Il convient donc à chacun de faire le choix le plus pertinent selon sa situation et ses besoins.



Les différents types de filtre à eau

Chaque filtre à eau dispose des caractéristiques présentées dans la partie précédente. Il est encore possible de les segmenter par type. Chaque type de filtre convient plus à une activité qu’une autre. Vous pourrez donc choisir le filtre le plus adapté à votre situation et comparer les différents types entre eux avec les caractéristiques.

La paille filtrante

La paille filtrante est un tube dans lequel vous allez aspirer. L’eau, en passant dans le filtre, devient potable. L’avantage de ce système de filtration est assurément son poids et ses dimensions. La paille filtrante est à la fois légère et compacte. Elle convient donc parfaitement aux adeptes de la marche ultra légère (MUL).

Par ailleurs, en fonction des modèles, certaines pailles peuvent se fixer sur une gourde, une poche à eau ou une bouteille. C’est le cas du filtre Sawyer Mini présenté ci-dessous. Cette polyvalence est appréciée par un grand nombre d’utilisateurs. Vous pouvez au choix :

  • Boire directement dans le point d’eau
  • Remplir votre gourde et boire à la paille dans cette dernière (1)
  • Fixer à une bouteille ou une poche à eau et transvaser dans une gourde (2)
  • Fixer à une poche à eau (3)

Attention : certains modèles ne sont pas aussi polyvalents que le Sawyer Mini. Si vous souhaitez une paille permettant de transvaser d’un contenu A à un contenu B, assurez-vous que le modèle choisi le permet !

Au niveau des inconvénients, s’agissant de microfiltre, ce type d’accessoire ne fonctionne pas ou peu dans une eau turbide. Vous risquez sinon de boucher le filtre et de le rendre inefficace. De plus, les pailles-filtres à eau ne sont pas adaptées pour traiter de grands volumes d’eau. Cela ne vient pas de leur autonomie, qui est généralement de plusieurs milliers de litres, mais du fait que cela demande un effort d’aspiration qui peut s’avérer éprouvant, notamment à haute altitude.

Enfin, les pailles sont conçues pour un usage personnel et sont peu recommandées pour un usage en groupe. Une question d’hygiène, tout simplement.

La gourde filtrante

Très similaire aux pailles filtrantes, la gourde filtre à eau fonctionne de la même façon. Il suffit d’aspirer pour obtenir une eau filtrée. Son principal avantage est le confort que cela vous procure. Il vous suffit simplement de remplir votre gourde au fur et à mesure des points d’eau (ruisseau, fontaine…) et de boire comme avec une bouteille classique. Vous n’avez pas besoin de visser, de transvaser, etc.

Le modèle le plus connu est certainement la bouteille filtrante LifeStraw Go 2. Équipée d’une cartouche de charbon actif en plus du filtre à fibres creuses, cela la rend efficace contre les bactéries, protozoaires et produits chimiques. Mais cela lui permet en plus de réduire le mauvais goût, ce que ne fait pas la paille filtrante (il faut alors mettre une pastille Micropur, nous y reviendrons plus loin).

Quant au modèle le plus répandu en randonnée, il s’agit du Katadyn BeFree. Contrairement à la LifeStraw Go 2, BeFree ne possède pas de capsule de charbon actif. En revanche, sa gourde souple permet de prendre de place dans le sac à dos.

Au niveau des inconvénients des gourdes filtrantes, on retrouve ceux de la paille filtrante. C’est peu recommandé pour filtrer une eau turbide. Cela vient du fait que la plupart des gourdes ont un système de filtration à fibres creuses ou à membrane. Par ailleurs, une gourde filtrante peut se montrer plus encombrante et plus lourde qu’une paille filtrante, comme nous l’avons vu avec la LifeStraw Go 2. C’est pour ces raisons que certains préfèrent choisir une paille et filtrer l’eau directement dans leur gourde incassable Nalgène.

Le filtre à eau à pompe

Comme son nom l’indique, il suffit de pomper pour filtrer l’eau. Fini l’aspiration, place à un effort plus manuel. Vous l’aurez compris, ce type de filtre est adapté aux groupes pour commencer. Pour filtrer l’eau, il faut glisser le tuyau dans l’eau impure, et pomper au-dessus d’un réservoir (gourde, poche à eau, jerrican…). Avec un débit d’un litre par minute pour les modèles les moins élaborés, cela peut demander un effort assez important en fonction de la quantité souhaitée.

Mais le gros avantage du filtre à pompe est sa faculté à purifier de l’eau turbide. Il permet d’éliminer tous les contaminants : bactéries, protozoaires et mêmes virus pour certains modèles. On pense alors au Guardian fabriqué par la marque MSR. Contrairement à la plupart des pompes avec filtration céramique, le Guardian est conçu en fibres creuses. L’augmentation du volume de ces fibres permet d’être efficace contre des microorganismes de 0,02 micron (contre 0,2 micron pour les autres filtres à fibres creuses), soit la taille d’un virus. Bref, c’est ce qui fait de lui l’un des modèles les plus performants du marché.

Présentation du MSR Guardian (en anglais)

Les filtres à pompe sont donc parfaits pour des expéditions dans des zones où l’accès à l’eau est compliqué, où elle est turbide et boueuse, ainsi que pour les groupes.

Le filtre à eau par gravité

La filtration par gravité répond à tout autre besoin : avoir de grosses quantités d’eau potable. Les filtres gravitaires fonctionnent sans pompage, ni aspiration. Ils ne demandent aucun effort. Il suffit simplement de remplir le réservoir puis d’ouvrir le robinet pour que l’eau potable s’écoule. Cela s’avère très pratique en camping, sur un camp de base ou pour votre bivouac. C’est également très apprécié par les groupes.

Au niveau de ses points négatifs, cela varie en fonction des modèles. Les filtres à eau gravitaires LifeStraw Mission et MSR Guardian Gravity filtrent les virus (fibres creuses avec pores 0,02 microns) mais ont un débit très faible (entre 20 et 50 cl par minute). Le BeFree Gravity a un meilleur débit avec 2 litres par minute mais ne filtre pas les virus.

Quelques exemples de filtres à eau par gravité

Enfin, il existe des filtres à eau par gravité pour des usages plus sédentaires. On pense notamment aux vans lifers, aux camping-cars ou encore au cabane de forêt. Les plus connus d’entre eux sont ceux de la gamme Berkey. Si le prix peut en repousser certains, il existe des alternatives moins chères et tout aussi efficaces.

C’est le cas des filtres Gravidyn et Ceradyn conçus par le leader mondial de la filtration de l’eau, la marque suisse Katadyn. Le principe de fonctionnement est simple : vous remplissez un premier réservoir d’eau non-potable. Cette eau va passer par des filtres céramiques et s’écouler dans un second réservoir. Le débit est lent (4 litres par heure) mais une fois que c’est filtré, vous n’avez plus qu’à ouvrir le robinet pour vous servir, tel un cubi de vin. Le débit est alors rapide. Ne demandant aucun effort, vous pouvez filtrer cette eau pendant que vous randonnez ou que vous dormez.

Pour résumer, la filtration par gravité est généralement plus lente et plus contraignante à installer mais elle ne demande aucun effort.

Le filtre à eau chimique

Enfin, il existe les filtres à eau chimiques. Oubliez toutes les caractéristiques dites avant : débit, technologie… Il s’agit d’un système de filtration un peu particulier. Sous forme liquide, de poudre ou de comprimé, il faut simplement en glisser dans votre eau pour la désinfecter et la potabiliser.

S’ils ne fonctionnent pas dans une eau turbide, ils sont très efficaces dans une eau claire. Les traitements chimiques de type Micropur à base de chlore et d’argent éliminent virus, bactéries et protozoaires. Micropur est très utile en complément d’un filtre, lorsque vous avez un léger doute sur une eau ou pour conserver votre eau. Si vous possédez un bidon d’eau de 10 litres, un seul comprimé Micropur Classic permet de la conserver 6 mois.

Très léger et peu encombrant, avoir ce système de filtration chimique permet d’éliminer tout risque au moment de boire une eau douteuse. C’est pour cette raison que c’est utilisé dans tous les domaines : navigation, bushcraft, randonnée, voyage…



Bien choisir son filtre à eau en fonction de son activité

Maintenant que vous avez toutes les cartes en main pour choisir le filtre idéal, nous allons voir les filtres les plus adaptés pour quelques exemples d’activités outdoor.

Quel filtre à eau choisir pour un trek tel que le GR20 ?

Lors d’une randonnée, votre principal ennemi est le poids et l’espace. Il faut veiller à n’emporter sur soi que le strict nécessaire. Sinon, vous risquez de vous fatiguer rapidement, voire de causer des douleurs dorsales avec les lourdes charges. Par ailleurs, vous devez vous hydrater souvent et rapidement. Il faut donc un filtre à eau à portée de main.

✅ Le top : les microfiltres sont très souvent suffisants. De ce fait, une paille ou une gourde fait l’affaire. A condition d’avoir accès à de l’eau claire. Prévoyez des pastilles Micropur en complément, au cas où.

💡 L’alternative : Si vous êtes en groupe ou bien si vous randonnez dans des zones risquées, optez pour un filtre plus performant. Le filtre à pompe est alors adapté pour ses capacités de filtration d’eau boueuse.

⛔ A éviter > Le filtre par gravité est trop encombrant et trop long à installer.

Quel système de filtration choisir pour un van ou chez soi ?

Lorsque vous avez un pied à terre, la question du poids et des dimensions du filtre est moins importante. Prévoyez un filtre adapté à plusieurs personnes et composé d’un réservoir pour stocker l’eau.

✅ Le top : les filtres par gravité sont bien parce qu’ils ne demandent pas d’effort. Si possible, optez pour un modèle qui filtre l’eau même quand vous n’êtes pas chez vous.

💡 L’alternative : Une gourde peut être envisageable car très facile à utiliser. Mais sa faible contenance est frein puisque vous devez sans cesse la remplir.

⛔ A éviter : Les pailles filtrantes demandent d’aspirer et sont peu recommandées pour une vie en communauté.

Bien choisir son filtre à eau pour voyager

On s’adresse aux touristes. Par exemple, vous prévoyez d’aller visiter le Pérou : Machu Picchu, son désert d’Ica, sa capitale Lima… C’est peu compliqué de trouver un refuge pour la nuit, que ça soit chez l’habitant, dans une auberge ou dans un hôtel. En revanche, faites attention à l’eau du robinet. Elle est très rarement potable.

✅ Le top : la gourde filtrante est idéale du fait qu’elle soit facile à transporter et à remplir. Si vous l’équipez d’un mousqueton (certains modèles en ont déjà), vous pourrez en prime l’attacher à votre sac à dos.

💡 L’alternative : Dans certains pays, l’accès à l’eau potable est très compliqué et les seuls points d’eau sont sales voire limoneux. Un filtre à pompe peut donc se montrer utile. Informez-vous à l’avance des conditions d’accès à l’eau dans le pays dans lequel vous prévoyez d’aller.

⛔ A éviter : Les filtres par gravité ne sont pas prévus pour de l’itinérance pour les mêmes raisons énoncées précédemment : c’est plus lourd, plus encombrant et plus contraignant.

Le filtre à eau parfait pour du bushcraft ou de la survie

Le bushcraft consiste à vivre de la manière la plus autonome possible dans la nature, sans impact sur cette dernière. Il diffère un peu de la survie qui, comme son nom l’indique, consiste à survivre dans un milieu hostile. Toujours est-il que derrière ces deux termes se retrouvent la notion d’autonomie. Une autonomie pour dormir, pour se nourrir mais également pour s’hydrater.

✅ Le top : Pour du bushcraft, une activité outdoor pour le plaisir, un microfiltre est suffisant. Pour de la survie, il faut envisager le pire (contamination, eau turbide…). Un filtre à pompe est donc nécessaire, avec la possibilité d’éliminer également les virus éventuellement.

💡 L’alternative : la gourde Grayl Geopress est parfaite en cas d’urgence. Elle élimine les bactéries, les protozoaires et les virus. Son format compact et léger permet d’évacuer une zone sans s’encombrer.

⛔ A éviter : Aucun filtre n’est à bannir pour ces activités. Même le filtre par gravité peut faire le bonheur de ceux qui aiment établir des camps de base. A vous de juger ce qui vous correspond le mieux.



En résumé

Il n’existe pas de bon ou de mauvais système de filtration mais seulement un type de filtre plus adapté à votre situation. Alors avant de choisir celui qui vous correspond le mieux, répondez à ces questions :

  • Quand vais-je devoir filtrer l’eau ?
  • Qui va utiliser ce filtre ?
  • Où vais-je l’utiliser ?

Avec les conseils donnés dans cet article, vous serez capables de déterminer le modèle le plus adapté. Attention, il n'y a pas de solution miracle et à petit prix. Il ne faut pas jouer avec sa santé surtout quand il s'agit d'hydratation et de contamination, les risques sont trop élevés. Préférez les marques reconnues comme Katadyn, MSR, Lifestraw, Sawyer, Micropur… Et référez-vous aux nombreux tests sur les blogs d'aventuriers et de passionnés d'outdoor.

Pour finir, voici une liste non-exhaustive mais très complète des meilleurs filtres vendus sur le marché. S’il vous reste des interrogations à la suite de cet article, vous pouvez contacter team@lyophilise.com. Nos experts se feront un plaisir d’éclaircir vos dernières zones d’ombre.

Merci à Matthieu de NoPanic pour sa contribution à ce guide

________

Guide d’achat simplifié - Version courte

L’objectif du filtre à eau est de rendre une eau potable. Lors d’une activité nomade, il permet d’éviter de s’encombrer avec des litres sur le dos. S’ils ont tous la même finalité, leurs caractéristiques sont différentes. Voici les éléments de comparaison que vous devez regarder au moment de choisir votre filtre à eau :

  • Technologie

Il en existe plusieurs, parmi les plus connues, la fibre creuse et la céramique. La première est compacte et légère mais ne s’utilise pas en eau turbide. La deuxième est assez fragile mais très efficace dans une boueuse et limoneuse.

De nombreux filtres possèdent en plus une capsule de charbon actif. En plus d’éliminer les produits chimiques, elle a pour utilité de réduire les mauvais goûts.

  • Performances en micron

Une même technologie peut avoir différentes performances en micron, notamment les fibres creuses. Plus le volume de ces dernières est élevé, meilleures sont les performances en micron. Autrement dit, l’eau sera mieux filtrée. Ainsi, des modèles de fibres creuses 0,2 microns sont efficaces contre les bactéries et protozoaires quand d’autres de 0,02 microns éliminent également les virus.

Voici la taille des agents pathogènes :
- de 1 à 15 microns : Dysenterie amibienne, giardia, lamblias, cryptosporidium, …
-de 0,2 à 5 microns : E-coli, salmonelles, choléra, …
- de 0,02 à 0,2 microns : Hépatite A, virus Norwalk, rotavirus, poliovirus, …

  • Débit et autonomie

Il faut savoir qu’un filtre à eau a une durée de vie et une capacité de filtration. Certains sont capables de filtrer plus de 2 litres par minute quand d’autres ne dépassent pas 0,5 litres. Par ailleurs, au bout d’un moment, un filtre s’use. Il est possible de le remplacer sur de nombreux modèles. Sur d’autres, il faut racheter un nouveau filtre. Une information facile mais à connaître.

  • Poids et encombrement

Lors de toute sortie outdoor, le poids et l’espace sont des critères essentiels. Le filtre à eau ne déroge pas à la règle. Alors de foncer tête baissée sur le modèle le plus performant, assez-vous qu’il soit suffisamment léger pour votre type d’activité.


Vous connaissez désormais les caractéristiques essentielles pour choisir votre filtre à eau. Découvrez maintenant les types de filtres existant sur le marché :


  • La paille filtrante : aspirez pour filtrer l’eau

Avantages : ultra légers et compacts, ces modèles sont également polyvalents. Vous pouvez puiser dans votre gourde ou directement dans la source d’eau. Sinon vous pouvez la fixer à une bouteille et boire ou transvaser dans votre gourde. Enfin, la paille filtrante peut également se fixer à une poche à eau.

Inconvénients : inefficace dans de l’eau turbide. Vous risquez simplement de boucher votre filtre et de le rendre inutilisable. Par ailleurs, ça ne convient pas à une utilisation de groupe mais seulement pour un usage personnel.


  • La gourde filtrante : aspirez également pour vous hydrater

Avantages : elle vous apporte un confort inégalé. Vous n’avez qu’à remplir votre gourde et boire au fur et à mesure de votre périple. Pas besoin de transvaser ou de vous baisser dans la rivière pour boire.

Inconvénients : on retrouve les mêmes inconvénients que la paille, en plus du fait que ça soit moins polyvalent.


  • Le filtre à pompe : pompez pour filtrer

Avantages : efficace dans les eaux les plus turbides. Certains modèles éliminent même les virus. Le fait de ne pas boire directement au filtre la rend également plus adaptée pour les groupes.

Inconvénients : ce type de filtre est plus encombrant et moins léger que les microfiltres type paille ou gourde. Par ailleurs, cela nécessite un autre contenant pour verser l’eau potabilisée à l’intérieur.


  • Le filtre par gravité : filtrez sans effort

Avantages : il vous suffit de remplir un réservoir et d’attendre que l’eau se filtre toute seule. Ça ne demande aucun effort et les réservoirs sont généralement d’une grosse contenance (entre 6 et 12 litres). C’est donc idéal pour un groupe.

Inconvénients : c’est encombrant, plus lourd et le débit est généralement lent rendant ce type de filtre inadapté pour de l’itinérance.


  • Les filtres à eau chimiques : un bon complément

Avantages : sous forme de comprimé, poudre ou liquide, ça prend peu de place et c’est léger. Dans des zones sûres, ça peut même remplacer un filtre. En cas de doute, c’est un moyen fiable de rendre une eau potable.

Inconvénients : cela ne fonctionne pas dans une eau turbide.


Vous avez les cartes en main pour choisir le filtre à eau qui vous convient le mieux. Pour finir, voici le meilleur type de filtre en fonction de votre activité.

→ Trek (GR20, chemin de Stevenson…) : paille et gourde filtrantes
→ Van life, camping-car : filtre par gravité
→ Voyage, tourisme : gourde filtrante
→ Bushcraft, survie : filtre à pompe