Guide : comment choisir son réchaud ?

Guide : comment choisir son réchaud ?

Avoir une bonne popote n’est pas suffisant pour manger pendant une activité outdoor, il faut aussi un bon réchaud adapté à vos besoins…
Un bon réchaud, c’est aussi important qu’une bonne popote ou qu’un bon plat. Il faut le choisir en prenant en compte de nombreux critères comme la fréquence d’utilisation, la puissance, le nombre de bénéficiaires ou encore le poids, la taille, le mode de chauffe, etc. Ce guide va vous permettre d’y voir un peu plus clair dans le monde de la cuisine outdoor !

Sommaire

Les différents combustibles

Quel réchaud pour quelle activité ?

Santé et environnement

Un peu d'aide ?

Conclusion

Les différents combustibles

Avant de choisir son réchaud à proprement parler il faut connaître les différents carburants. Ils peuvent entrer en compte dans le choix final.
Il existe 4 grandes familles de réchauds:

  • à gaz : le combustible est un gaz stocké sous forme liquide dans une cartouche. Ce gaz est souvent du butane, du propane ou de l’isobutane (plus d’info ici).
  • à essence (combustible liquide ou multicombustible) : l’essence est un combustible liquide stocké dans une bouteille. Ce carburant peut être de l’essence C ou de l’essence sans plomb (95|98), du pétrole pour lampe, du kérosène ou encore du gazole. Les réchauds multicombustibles sont adaptés pour utiliser du combustible liquide ou du gaz.
  • à alcool : le carburant est de l'alcool à brûler sous forme liquide ou solide (le meilleur exemple ce sont les tablettes Esbit)
  • à bois : le réchaud est conçu pour brûler du bois afin de produire de l’énergie

Entrons un peu dans le détail…

Les réchauds à Gaz

Les réchauds à Gaz sont de loin les plus répandus. Ils sont très fiables, ne demandent que peu d’entretien et simples à utiliser. Il existe un large panel et l’offre démarre avec des réchauds à quelques dizaines d’euros jusqu’à plusieurs centaines d’euros.
Attention : Si le gaz est facile à trouver en France, cela peut poser problème à l’étranger, suivant les destinations renseignez-vous. Il peut aussi s'avérer délicat de faire voyager ses cartouches … C’est par exemple impossible dans la cabine d’un avion. La suite ...

Disponibilité du carburant : 3/5

  • cartouches de gaz disponibles qu’en magasins spécialisés
  • difficulté de transport possible (ex : en avion)


Poids et encombrement : 4/5

  • modèles très légers et très compacts (73 g chez MSR)
  • cartouche de gaz de différents volumes


Puissance : 5/5

  • ce sont les réchauds les plus puissants et les plus performants
  • ils fonctionnent à pleine puissance dès l’allumage


Réglage de puissance : 5/5

  • un réglage simple et très précis


Températures et condition d’utilisation : 3/5

  • les modèles basiques ne fonctionnent pas à basse T°
  • le vent peut nuire aux performances
  • fonctionne très bien sous la pluie


Sécurité : 5/5

  • les cartouches à vis sont très sécurisées
  • aucune manipulation de carburant


Stabilité : 4/5

  • les modèles compacts manquent de stabilité, il faut opter pour un trépied pour cartouche de gaz
  • les modèles déportés sont très stables


Autonomie : 3/5

  • la puissance est synonyme de consommation, cependant on peut disposer d’une autonomie accrue en utilisant des popotes avec diffuseur de chaleur et des réflecteurs.


Prix : 4/5

  • il existe des réchauds “entrée de gamme” très performants et durables pour environ 30€


Mon coup de cœur entrée de gamme : le MSR PocketRocket 2 (qui est venu remplacer le PocketRocket mis en retraite après 10 ans de bons et loyaux services).
Mon coup de cœur haut de gamme : Le JetBoil Minimo 1L tasse carbone avec ses 6000 BTU/h et ses 442g.

Les réchauds à essence

Les réchauds à essence (combustible liquide ou multicombustible) ont un avantage indéniable : le combustible est disponible partout, où que vous soyez. Qu’il s’agisse d’essence C exclusivement dédiée au réchaud ou simplement du carburant de votre voiture (SP98, SP95, Gasoil) le réchaud fonctionnera. Il marchera aussi avec du kérosène ou du pétrole pour lampe. La suite ...

Disponibilité du carburant : 4/5

  • carburants multiples très disponibles
  • différents choix de combustibles


Poids et encombrement : 3/5

  • Il existe peu de modèle très compact
  • il faut transporter bouteille + flexible et kit d’entretien


Puissance : 4/5

  • ce sont des réchauds très puissants et très performants
  • il faut cependant une période de préchauffage


Réglage de puissance : 4/5

  • Il faudra jongler entre l’ouverture de la valve et la pression de la bouteille de carburant. À ouverture égale de la valve, plus la pression est faible plus la flamme est petite.


Températures et condition d’utilisation : 5/5

  • Les réchauds à combustible liquide sont recommandés pour la haute montagne et les expéditions polaires.
  • il faudra installer un réflecteur par vent pour l’utiliser de façon optimale


Sécurité : 3/5

  • la manipulation (connection et déconnexion de la bouteille d’essence) est toujours délicate
  • le préchauffage nécessite une attention particulière
  • nécessite un entretien régulier


Stabilité : 5/5

  • les réchauds sont déportés et très stables.
  • Ils sont fait pour accueillir des popotes plus larges


Autonomie : 4/5

  • Il existe différents volume de bouteille à carburant
  • Avec l’expérience, il est facile d’optimiser le volume de carburant en fonction de vos besoins


Prix : 3/5

  • Du fait de la complexité du mécanisme il n’existe pas de réchaud “bon marché”
  • Bien entretenu c’est un réchaud fiable et durable


Mon coup de cœur : le MSR WhisperLite Universal Combo. Ce modèle multicombustible est aussi compatible avec les cartouches de gaz EN417 et dispose d’un système AirControl : Il optimise le mélange de carburant et d'air en fonction de chaque type de carburant. Il est vendu dans une sacoche avec la bouteille pour le carburant, un kit d’entretien et ses outils, un par-vent et un support inversé pour les cartouches.

Les réchauds à alcool

Les réchauds à alcool sont les plus simples à utiliser mais aussi dans leur fabrication. Ils sont aussi généralement moins onéreux et plus solides. Ils sont par contre beaucoup moins performants que ceux à gaz ou à essence. L’alcool peut s’utiliser à toute température, même négative. Si la température est trop basse, comme pour les réchaud à essence, il faudra aider à la vaporisation de l’alcool, il sera alors indispensable de préchauffer le carburant. Pour ça il faut faire monter la température du réchaud et de l’alcool (sans forcément l’enflammer) à l’aide d’un “préchauffeur” (disponible pour certain modèle). Vous pouvez aussi simplement disposer une bougie chauffe plat sous le réchaud. Sans préchauffage, le dispositif fonctionnera mais il faudra un peu plus de temps (et donc d’alcool) pour atteindre la vaporisation. Bon à savoir, le gel et l’alcool solidifié réchauffe votre plat sans vaporisation et ne nécessite donc pas de préchauffage. La suite ...

Disponibilité du carburant : 4/5

  • carburant disponible, se trouve en grande surface
  • 3 formes possibles: alcool liquide, solide ou en gel


Poids et encombrement : 5/5

  • Il n’existe pas plus compact
  • certain modèle en titane ne pèsent qu’une trentaine de grammes


Puissance : 2/5

  • ce sont des réchauds peu puissants
  • il faut une période de préchauffage


Réglage de puissance : 1/5

  • C’est quasiment impossible de faire varier la puissance de la flamme


Températures et condition d’utilisation : 5/5

  • à condition de préchauffer, le réchaud s’utilise à toute température
  • l’alcool ne peut geler
  • il faudra installer un réflecteur par-vent pour l’utiliser de façon optimale


Sécurité : 2/5

  • la manipulation de l’alcool peut s’avérer dangereuse
  • il n’est pas recommandé de remplir le réchaud en cours de chauffe


Stabilité : 2/5

  • très petit et très peu stable
  • renverser un réchaud à alcool peut s’avérer catastrophique


Autonomie : 4/5

  • Il existe différents volume de bouteille à alcool
  • Avec l’expérience, il est facile d’optimiser le volume d’alcool en fonction de vos besoin


Prix : 5/5

  • réchaud très bon marché, à partir de 15€ (avec recharges)


Mon coup de cœur : le Esbit tout en un avec réchaud, par-vent et popote. Il dispose aussi d’un support pour les blocs solides. Il est très compact et léger.

Les réchaud à bois

Les réchaud à bois sont aussi très simples à utiliser, le bois est une ressource très disponible et souvent gratuite. Cependant, il peut devenir rare et compliqué à allumer en moyenne et haute montagne. Ce système a un côté traditionnel qui peut convenir à certains comme les amateurs de bushcraft. Ils sont très appréciés quand il est impossible de faire un feu directement au sol. La suite ...

Disponibilité du carburant : 5/5

  • Bois disponible et gratuit
  • attention en haute montagne ou région désertique


Poids et encombrement : 4/5

  • assez léger pour certain modèle
  • les réchauds à bois sont souvent conçu pour plusieurs personnes


Puissance : 2/5

  • puissance moyenne
  • varie en fonction des essence de bois


Réglage de puissance : 1/5

  • C’est quasiment impossible de faire varier la puissance de la flamme


Températures et condition d’utilisation : 4/5

  • à condition de trouver du bois sec, ce réchaud fonctionne à toute t°


Sécurité : 3/5

  • il faut de l’eau pour éteindre le feu de bois
  • attention à l’environnement


Stabilité : 4/5

  • Plutôt stables


Autonomie : 5/5

  • Fonctionne sans discontinuer tant qu’il y a du bois


Prix : 4/5

  • Le prix peut varier en fonction des performance et du niveau d’option
  • les modèles basiques ne nécessitent aucun entretien et sont durables.


Mon coup de cœur : le Scout de Kelly Kettle pour boire un café chaud entre potes ou hydrater quelques plats lyophilisés. Ce réchaud marche sous la pluie et adore quand il y a du vent !

Bonus : Les auto-chauffants

Les auto-chauffants : il existe une toute dernière alternative, le réchauffage chimique à l’aide de module “auto-chauffant”. Ce système utilise une réaction chimique pour produire de l’énergie et de la chaleur afin de réchauffer votre plat. Sans flamme ni fumée c’est un système discret qui ne nécessite aucun combustible, il faudra ajouter un peu d’eau afin d’activer la réaction. Il n’est pas nécessaire que l’eau soit potable, ce système fonctionne même avec de l’eau de mer ou de l’urine. C’est l’action chimique du liquide et du mélange d’oxyde et de dihydroxyde de calcium (ou équivalent) qui produit une source de chaleur assez forte pour réchauffer le plat. La suite ...

Disponibilité du carburant : 1/5

  • Très peu disponible, uniquement dans les magasins spécialisés


Poids et encombrement : 5/5

  • Très léger et compact
  • À peine plus encombrant qu’une feuille A4


Puissance : 3/5

  • puissance moyenne
  • il faut compter 7 à 12 minutes pour réchauffer un plat stérilisé


Réglage de puissance : 0/5

  • Impossible de faire varier la puissance


Températures et condition d’utilisation : 5/5

  • à condition d’avoir de l’eau à l’état liquide, ce système fonctionne à toute T°


Sécurité : 5/5

  • Produit une forte chaleur mais ne peut pas enflammer l’environnement


Stabilité : 5/5

  • Peut être posé à plat, sur n’importe quelle surface


Autonomie : -

  • Système à usage unique


Prix : 3/5

  • Abordable mais à considérer comme du consommable.

Tableau récapitulatif

Chaque système propose des avantages et des inconvénients. Ce tableau permet en un coup d’œil de comparer les différents réchaud


Ces résultats sont assez homogènes même s’il en ressort que les réchauds à gaz et à combustible liquide sont les mieux notés. Cependant il faut bien prendre en compte que le cadre d’utilisation et l’activité seront deux facteurs clés dans le choix final.

Quel réchaud pour quelle activité ?

Comme toujours, déterminer vos besoins va permettre de choisir la meilleure solution, la plus adaptée.

Quel est le cadre de l’utilisation du réchaud ?

Que vous soyez randonneur averti, cyclotouriste, sportif de haut niveau, amateur de camping et de sortie en famille ou encore à la recherche d’une solution la plus polyvalente, le cadre d’usage de votre réchaud va conditionner le type de brûleur. Si vous utilisez votre système à l’étranger alors il faudra réfléchir au transport et à l’approvisionnement du combustible. Si vous êtes seul alors un petit brûleur à gaz de quelques grammes suffira alors que si vous êtes en groupe un barbecue portable ou un système à gaz avec cartouche déporté sera bien plus efficace et surtout plus stable pour accueillir une grande casserole.

Quelques exemples …

Au delà des questions de puissance et de disponibilité des carburant, le poids peut être un des premiers critères d'évaluation. Si vous êtes cyclotouriste ou marcher MUL (marche ultra légère) vous n’opterez pas pour le même réchaud, le premier pourra s’orienter vers le gaz ou le multi alors que le second choisira un réchaud type Esbit à alcool solidifié.
Si vous êtes du genre à randonner à plusieurs alors vous pourrez vous répartir grosse popote, réchaud gaz déporté ou multi-combustible et gaz/carburant. Vous pourrez vous retrouvez facilement autour d’un plat qui mijote sur un système quasiment “comme à la maison”.
Si vous êtes airsofteur milsim (simulation militaire) en OP sur plusieurs jours, alors le système présent dans les MRE (auto chauffant) ou dans les rations militaires (Esbit et alcool solidifié) collera au mieux à votre activité.
Vous avez passé une nuit en voiture, bloqué par la neige, vous savez donc qu’une ration stérilisée, un système auto-chauffant et un sachet de thé ne seront plus de trop dans votre boîte à gant.
Vous faites du camping en famille et cherchez de quoi cuisiner facilement et rapidement pour mieux profiter de vos vacances ? Un réchaud à gaz avec bouteille déportée sera parfait et sécurisé, d’autant que les cartouches sont souvent en vente dans les épiceries de proximité dans les lieux touristiques.
Vous êtes plutôt bushcraft? Alors le réchaud à bois est fait pour vous, il permet de faire du feu presque partout en toute discrétion sans risquer une amende ou pire, de mettre le feu !
En back up à la maison, un petit bruleur MSR et sa cartouche pourra rester stocké pendant des années en attendant la prochaine tempête et la prochaine coupure de courant, le jour J vous pourrez réchauffer votre thé et votre plat lyophilisé sans soucis !

Santé et environnement

Si le réchaud est utilisé dans des conditions normales et recommandées, avec une popote adaptée, alors il n’y a pas de risque sanitaire à utiliser les différents systèmes présentés.

Pour les réchauds autres que gaz et bois, il faut bien faire attention à ne pas mettre en contact les carburants (essence, alcool liquide et solide, auto-chauffant) avec la nourriture ou l’eau que vous réchauffez. En cas de contamination, il vaut mieux tout jeter et bien nettoyer la popote à l’eau claire.

Les réchauds à combustible liquide ou à alcool peuvent dégager une forte odeur lors de la combustion, cela peut parfois causer des troubles, surtout dans un espace restreint (comme une tente par exemple). Il est recommandé d’utiliser ces systèmes dans un endroit ventilé.

Lors d’une chauffe, si vous n’utilisez pas tout votre carburant liquide, vous devez soit le faire brûler soit le remettre dans son conteneur d’origine. C’est une manipulation assez fastidieuse. Quoi qu’il en soit vous devez attendre le refroidissement total du réchaud avant de le manipuler. Il est très peu recommandé de jeter le trop plein dans la nature, même pour quelques centilitres. Si on cumule tous les randonneurs et usagers alors la pollution peut s’avérer désastreuse, c’est déjà le cas dans des refuges de montagne ou sur des destinations comme le Mont Blanc par exemple.

Tout comme avec un feu de bois classique ou un barbecue, les différentes essences de bois ou les planches traitées peuvent donner du goût à votre plat, attention à utiliser du bois adapté à la cuisine. Évitez donc les résineux qui dégagent des hydrocarbures lorsqu’ils brûlent. Il peuvent cependant être pratique pour allumer votre petit foyer. Le charme, le chêne, le hêtre, le frêne et le bouleau ont un très bon pouvoir calorifique et peuvent être utilisés sans risque.

Ne gardez pas une cartouche endommagée (choc, rouille, problème de valve). Une fuite de gaz peut être dangereuse et s’enflammer à la moindre étincelle. Dans le doute, optez pour une recharge neuve.
Une fois vide, les cartouches de gaz doivent être déposée dans une poubelle. Mais il est aussi possible de la recycler. Cependant c’est assez compliqué, il faut s’assurer que la cartouche est bien vide. Si vous êtes tombé en panne alors c’est simple, la cartouche est vide. Si vous avez un doute, installez votre réchaud et ouvrez la cartouche en prenant soin de mettre le dispositif tête vers le bas (le réchaud est donc sous la cartouche, inversé). Attention à bien faire cette manipulation à l’écart de toute source de flamme. Une fois vide, il faut enfin percer la cartouche pour ensuite la déposer au recyclage, avec les métaux, en général elles sont en acier.

Un peu d’aide?

Si après tout ça c’est encore la jungle, alors voici quelques piste pour faire pencher la balance. Pour choisir un réchaud dans une même gamme on peut comparer différents éléments comme:

Le poids :

Si vous portez votre équipement alors chaque gramme compte. parfois en économisant 10 g par ci par là on peut vitre économiser 1 voire 2 kg et sur une longue distance ce n’est pas rien.

L’encombrement :

Tout comme pour le poids, l’encombrement est à prendre en compte si vous devez optimiser vos bagages ou pour un réchaud dans la boite à gants par exemple.

La puissance en BTU/h :

Le BTU/h c’est la quantité de chaleur nécessaire pour faire monter la température une livre anglaise d’eau d’un degré F°. Cette unité internationale permet de comparer les données constructeurs. Pour info, 1 000 BTU/h valent approximativement 293,071 W. Concrètement, c’est une échelle anglo-saxonne de comparaison entre tous les réchauds du marché. C’est une mesure scientifique qui permet de quantifier la puissance d’un brûleur. Il existe un autre moyen de comparaison: le temps pour porter 1 litre d’eau à ébullition (dans un environnement donné: 20° de T° ext, pas de vent…). Cette valeur est à étudier mais ne prend pas toujours en compte la consommation d’énergie.

L’autonomie :

Chaque brûleur est différent et consomme plus ou moins de carburant, il est donc indispensable de connaitre l’autonomie, c’est à dire le temps de chauffe à une puissance donnée par rapport à un volume de carburant. Ce calcul est fait en labo sous des conditions d’utilisation précises, n’hésitez pas à prendre en note vos résultats suivant votre usage et votre équipement. Par exemple le réchaud MSR PocketRocket 2 est estimé à une heure de chauffe pour une cartouche d’isobutane MSR de 220g. Il lui faut 3 min. 30 pour pour porter à ébullition 1 litre d’eau, vous pourrez donc faire bouillir un peu plus de 17 litres avec une cartouche 220g. (ou 34 portions d’eau pour des plats lyophilisés !).

Les options :

Certains réchauds de même gamme proposent des options intéressantes comme l’allumage piézo électrique, le par-vent, un stabilisateur de cartouche ou une popote intégrée.

La marque :

Les grandes marques ont fait leur preuves. MSR, Optimus, Primus, Jetboil ou Soto… Autant de noms qui inspirent la confiance, bien plus que certaines copies chinoises qui ne sont même pas aux normes CE.

Conclusion

Comme toujours il n’y a pas un choix unique. Le traditionnel réchaud à gaz est le plus polyvalent mais peut avoir ses limites (climatiques et transport). Il reste cependant le plus simple à utiliser et dans le haut du panier niveau performance. L’essence et l’alcool sont des carburants moins onéreux et plus simple à trouver et les performances ne sont pas en reste. Le bois plus convivial et plus traditionnel offre une bonne alternative si on prend le temps de cuisiner.

Matthieu de NoPanic pour Lyophilise & Co

T_LYOPHILISE